Fate/Prisma War
YO-RO-KO-BE PROTAGONIST

Bienvenu(e) sur le charmant forum de Gudako Fate/Prisma War.

Si tu n'es pas inscrit, je t'invite à venir lécher les pieds de Gudako parmi nous. On est gentil, c'est promis !

Est-ce que ton servant d'amour est disponible ? Gudako sait. Répète Gudako trois fois devant ton écran et ta réponse sera .
Est-ce que ton avatar préféré n'a pas été volé par un vilain d'Ouroboros ? Cette fois-ci, c'est à Arya qu'il faut demander. Mais il est fort possible qu'elle finisse par t'envoyer ce livre-ci à la figure.

Tu es déjà membre ? Mais qu'est-ce que tu fais encore là, alors ? On t'attend !

>> Baptême du feu - Ft Adonis

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Message posté par : Angelika Disward
Ouvrir le détail
Angelika Disward
Appuyer pour fermer
avatar
Angelika
Féminin
Aime : Les fraisiers, Lisebeth, gambader et foutre la merde.
Déteste : Ne rien faire, la belle-mère de Lisebeth
Talent : La bagarre ♥
Ennemi Naturel : Envie. Definetly.
Couleur préférée : Rouge. Et vermillon s'il vous plait.
Expérience : 581

Secret Garden
Rang: Count/Eldest
Niveau:
7/30  (7/30)
Couronne(s): 35 ¤
le Mer 31 Jan - 11:02
Baptême du feu
Ado & Angy


Y’a des jours, comme ça. Des jours où, en te levant le matin, tu as décidé de créer le chaos partout ou tu passes, Angelika. Et dans ce plan machiavélique digne d’un enfant de CP, tu as inclus une équation parfaite à base de tarte à la crème et de blague vaseuse à faire à l’un de tes collègues. Et qui d’autre qu’Adonis pour endosser le rôle du type qui se fait avoir par la charmante demoiselle que tu es ? Après tout, il fallait fêter son entrée chez les Traqueurs en bonne et due forme. Ou du moins selon tes formes.

Aussi te voilà, sourire aux lèvres et tarte en main dans la salle d’entrainement, là où tu sais que tu trouveras ta victime. Tout ce dont tu as besoin, c’est un instant d’inattention. Adonis, tu le connais. Il est concentré, toujours, sur ce qu’il fait. Mais le vrai fond du problème, c’est que lui aussi il te connait. Il sait à quel point tu es un véritable fléau quand tu as les moyens et du temps à mettre à profit. Il faut reconnaitre, aussi, que vous avez plus d’une fois créée la pagaille par simple jeu. Juste pour savoir qui de vous deux était le plus troll des deux.
Tu chasses les souvenirs de votre jeunesse un peu chaotique et tu te prépares. Il est de dos et tu sais que, à l’instant même où tu l’auras rejoint, il te faudra faire vite pour ne pas le rater. Toute une histoire de timing, au détriment d’une tarte à la crème. Tu te rapproches à pas de loup et, prête, tu tapotes l’épaule du jeune homme pour attirer son attention, puisqu’encore une fois, ce dernier a ses écouteurs vissés dans les oreilles. Ni une ni deux, tu changes aussitôt d’appui, transformant le dessert en pseudo gant de boxe avec ton mouvement digne de Mike Tyson. Touché, ça tu en es sûre. Dans le mille, ça beaucoup moins, aussi recules-tu d’un bon avant d’exploser de rire en voyant la bouille d’Adonis.

« Rien que pour ça, cette tarte vaut tout l’or du monde ! » fais-tu, morte de rire. Les protestations du pauvre jeune homme ne font qu’empirer ta crise et, au bord des larmes, tu finis par souffler ce que tu comptais lâcher juste après le coup de la tarte. « Bienvenu chez les Traqueurs Cancer ! »

Tu l’attrapes par l’épaule et tu le ramènes en salle commune. Il n’y a personne dans les environs, sans doute êtes vous les seuls en stand-by aujourd’hui. Honnêtement, ça ne t’étonnerait pas : c’est déjà une veine de malade que d’avoir réussi à savoir si ta tête blonde préférée était là pour la semaine, après avoir fouillé un peu partout au QG. Dans l’histoire, tu avais dégoté la bouteille d’alcool préféré du cuisinier. Un truc bien fort, que tu n’avais jamais touché mais déjà senti parfois en passant chercher de qui grignoter. Ce même truc bien fort qui vous attend tous les deux, sur une table avec deux fauteuils bien costauds et une serviette, parce qu’il ne faut pas déconner avec les sièges de la patronne.

« Alors, ta première mission ? » T’attrapes la bouteille que tu débouches sans retenir une grimace quand l’odeur corrosive de l’alcool te monte dans les narines. « Tu t’en es sorti comment ? »

Tu verses le tord-boyau dans les deux verres à shot que tu avais trouvé avec la bouteille. Rien qu’à l’odeur, tu sais que vous allez finir à l’envers, mais tu sais aussi que vous en avez besoin tous les deux. Que vous poser comme ça et discuter en toute quiétude, c’est votre truc à vous. Du moins jusqu’à ce que l’alcool vous monte au cerveau et que l’un motive l’autre, jusqu’à ce que les conneries s’enchainent. Toujours plus grosse, toujours plus culotté mais terriblement excitante et définitivement épique à revoir après.

Emi Burton


Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

- Sujets similaires

 

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum