Fate/Prisma War
YO-RO-KO-BE PROTAGONIST

Bienvenu(e) sur le charmant forum de Gudako Fate/Prisma War.

Si tu n'es pas inscrit, je t'invite à venir lécher les pieds de Gudako parmi nous. On est gentil, c'est promis !

Est-ce que ton servant d'amour est disponible ? Gudako sait. Répète Gudako trois fois devant ton écran et ta réponse sera .
Est-ce que ton avatar préféré n'a pas été volé par un vilain d'Ouroboros ? Cette fois-ci, c'est à Arya qu'il faut demander. Mais il est fort possible qu'elle finisse par t'envoyer ce livre-ci à la figure.

Tu es déjà membre ? Mais qu'est-ce que tu fais encore là, alors ? On t'attend !

>> [Irlande -Flash Back] Allons-y, alonzo

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Message posté par : Adonis H. Knox
Ouvrir le détail
Adonis H. Knox
Appuyer pour fermer
avatar
Adonis
Aime : Dormir dans une baignoire, taquiner sa soeur, regarder les Ch'ti pour savoir comment faire
Déteste : Qu'on lui vende des trucs, la nourriture salée, les trains, les piscines
Talent : Ralentir le temps et s'humilier en public (Surtout le deuxième)
Ennemi Naturel : L'Ennui et les traversins.
Couleur préférée : L'Orange clair
Expérience : 600

Secret Garden
Rang: Count/Eldest
Niveau:
9/30  (9/30)
Couronne(s): 40 ¤
le Mar 5 Déc - 16:27
L'Irlande.

L'Irlande, lui inspire beaucoup à Adonis. Peut-être qu'il est encore plus jeunot pour voyager si loin, si seul. Lui qui n'a jamais quitté le giron familial ou scolaire se retrouvait debout dans des plaines qui s'étiraient à perte de vue. L'Irlande lui inspirait des légendes, des mythes qu'on murmure, qu'on sursure. Des légendes que sa mère lui disait parfois, avant d'aller dormir, avant d'aller vivre. Adonis aimait l'Irlande, mais il aimait encore plus cette solitude en lui. Qui grandissait, murissait délicatement.

Alors, il bénissait ses rares moments de paix. Mais pourquoi est-il là ? Loin de la protection de la tour des horloges. Eh bien, il chasse. Il veut prouver son sang, il a honte. Il y a bien sûr quelque chose de vicieux en lui, quelque chose qui le dévore. Il veut être mieux.Il veut être le Mieux. Parfois, il a peur. Peur d'être quelque chose de moins intéressant. Peur de perdre son nom. Aussi irrationnel qu'est sa peur, aussi stupide qu'est sa crainte. Il a peur. Peur de devenir quelque chose n'innomable, d'être un rien. D'oublier son nom, d'être que le frère de Lise. Il veut s'affirmer, mais cette honte en lui, cette peur. Il a peur d'être son propre homme.

Alors, il avançait son bâton devant lui, sans se poser des questions. L'herbe était verte, si verte qu'il pourrait se mettre dans les plis et les replis de cet émeraude immense. Il semblait pensif, l'Adonis. Il se demandait si ce périple allait réussir, si il allait trouver le morceau, ce catalyseur d'un nouveau Servant. Pourquoi Elle ? Parce qu'elle est. Voilà tout, tout héros est digne d'être admiré et aimé. Il voulait l'aimer elle, un peu plus qu'un autre. Prouver qu'il existe grâce à elle, aimer son visage grâce à cette femme. Une légende qui se murmure et qui s'enfle, comme un ventre rempli.

Il avait réussis à grimper le haut de la colline, et le vent jouait avec ses cheveux. Il avait l'air jeune l'Adonis, trop jeune pour faire un tel périple seul. Il aimerai bien, un peu, s'asseoir et profiter de ce paradis perdu. Mais, il fallait se hâter, se hâter pour trouver le château. Il l'avait vu, de loin, alors il s'était approché. Il avait pas eu peur, peur de quoi ? L'excitation pulsait dans son cou, si fort qu'il pourrait devenir fou.

Mais, tout se calma brusquement. D'un coup, devant lui, il voyait une ombre. Elle semblait humaine, jolie humaine. Sa vue se précisait à son rapprochement, ses cheveux étaient si blancs, si beaux. Le soleil semblait jouer avec, de cette douceur lointaine. A ses pas, elle s'est retourné. Il rougissait Adonis, il avait un peu honte. Qu'allait-elle penser ? Qui est-elle ? Arrivée à porter de voix, il ne put que gargouiller, la pierre lui donnant un teint si clair.

-Je..ne fais que passer. Ne vous dérangez pas.

Si il aurai pu se baffler et l'empêcher de parler, nom de Dieu qu'Adonis l'aurai fait. Il continuait à parler, l'idiot.

-C'est...joli ici.


Message posté par : Lilith, O. Ondeflot
Ouvrir le détail
Lilith, O. Ondeflot
Appuyer pour fermer
avatar
Lilith
Féminin
Aime : Le plaisir charnel, la liberté
Déteste : L'église (la bâtiment), ses origines
Talent : Chauffer ou refroidir (les personnes)
Ennemi Naturel : Les chastes
Couleur préférée : Violet
Expérience : 794

Secret Garden
Rang: Count/Eldest
Niveau:
10/30  (10/30)
Couronne(s): 55 ¤
le Mar 5 Déc - 20:19
[Irlande -Flash Back] Allons-y, alonzo

ft.

L'Irlande… Ça faisait quasiment six mois que j'étais dans ce pays… Six moi où je recherchais les précieux artefacts, ceux qui permettent la création des cartes… Les Catalyseurs… Pourtant, malgré le temps passé dans ce pays sans succès, je le sentais… J'étais proche du but. Mon instinct ne me trompait pas… Ce lieu était bel et bien le lieu que je recherchais désormais… Je n'avais réussi à trouver mon premier choix… Mais ça se trouve, cette personne me conviendra mieux… Encore fallait-il que je trouve ce que je recherchais. Si ça se trouve… Il a déjà été trouvé de puis longtemps, et je faisais tout ça pour rien… Mais si ce n'est pas le cas… Alors dans ce château… Quelques parts dans celui-ci… Il y a une chance qu'il soit encore présent… Attendant un heureux élu pour le sortir de son sommeil éternel…
En tout cas, j'avais fini le tour extérieur du château, pour le moment, je ne me contentais que d'explorer et de noter les environs. À cette période de l'année, il est très peu probable que des touristes viennent en plus pour le visiter, me laissant normalement du temps plus ou moins libre… Tout en esquivant les différents mages qui pourraient venir surveiller cet endroit. Je n'aimais pas être si proche de la base d'opération de l'Association, mais c'est un risque que je suis prêt à payer. Peu importe les conséquences… J'aurais un Catalyseur avant de retourner auprès de cette organisation… Si elle veut encore de moi après mon échec… Qui a été marqué à jamais sur ma peau… Sur mon bras brûlé à jamais…

Le vent était levé, et Zéphyr se promenait tout autour de la colline, jouant avec ma chevelure… Je fermais les yeux pour en profiter… Quand des bruits distinct me tiraient de ma rêverie. Des bruits de pas. Surprise, pour bien des raisons, je me retournais vers la provenance de ces derniers. Un jeune homme, d'environ mon âge, je dirais… Un touriste ? Ou bien un mage ? Difficile à dire. Mais j'ai du mal à croire que ce soit une simple coïncidence que deux personnes se retrouvent ici, dans cette période de l'année, dans un lieu où on dit qu'un jadis Esprit Héroïque habitait…

En tout cas, je gardais mes yeux rivés sur ce dernier, qui semblait rougir. Un petit sourire satisfait se dessina sur mon visage… Oui, j'aimais quand les personnes réagissaient à mon apparence. Bien que je sois marqué, beaucoup ne semblaient pas les apercevoir. Évidemment, cela ne me gênait pas. Je le laissais approcher, et, une fois qu'il était à porté de voix, il se mit à me parler… Pour me dire que je ne devais pas être dérangée par sa présence, qu'il ne faisait que passer… Si seulement cela m'arrangeait… Si je n'étais qu'une touriste, j'aurais rien dis… Cependant, ce n'est pas le cas, j'ai besoin d'être seule pour faire mes recherches, que ce soit un Mage ou non. Puis il commenta sur la beauté de l'endroit… Essayait-il malgré tout d'engager la conversation ? Bien que sa méthode était particulière, j'allais entrer dans son jeu.

- Hum… Oui, c'est joli… Pour des ruines… Mais ça devait l'être davantage lors de son état d'origine… Je suis sûre que cela devait être magnifique… Malgré les histoires du lieu…

J'avançais de quelques pas, puis je préparais mes différentes affaires que j'avais sur mon dos, en les remettant simplement en place. Un nécessaire pour camper, de la nourriture, ce genre de choses… J'avais prévu de rester quelques jours à semaine par ici après tout. Il ne manquait plus qu'à être seule… Voyons si je peux voir ce qu'il recherche. Peut-être que je me fais que des idées… Mais j'ai appris bien assez tôt que dans ce monde… Avec les mages… Peu de choses sont liés aux hasards malheureusement… Oh, ça existe toujours… Mais pas autant qu'on pourrait le croire.

- Tu es en voyage dans le pays, ou bien peut-être est tu un habitant du coin ? Un bien beau pays l'Irlande… Je suis ici depuis quelque temps moi-même, pour admirer les paysages, et en découvrir plus sur l'histoire du pays. J'ai voyagé un peu partout pour terminé sur ce lieu... Je pense y passé quelques jours pour m'imprégner de l'endroit.


Message posté par : Adonis H. Knox
Ouvrir le détail
Adonis H. Knox
Appuyer pour fermer
avatar
Adonis
Aime : Dormir dans une baignoire, taquiner sa soeur, regarder les Ch'ti pour savoir comment faire
Déteste : Qu'on lui vende des trucs, la nourriture salée, les trains, les piscines
Talent : Ralentir le temps et s'humilier en public (Surtout le deuxième)
Ennemi Naturel : L'Ennui et les traversins.
Couleur préférée : L'Orange clair
Expérience : 600

Secret Garden
Rang: Count/Eldest
Niveau:
9/30  (9/30)
Couronne(s): 40 ¤
le Mer 20 Déc - 18:27
Parfois, Adonis aurai preféré se terrer sous terre plutôt que de ressentir encore la chaleur sur ses joues. La sensation d'être terriblement mal tombé,enfin plutôt d'être trop bien tombé. Cette jeune femme était loin d'avoir la même carrure sobre des jeunes filles qu'il avait l'habitude de fréquenter.
Elle semblait conscience de son charme, au vu du petit sourire qu'elle affichait. Oh mon dieu, il aurai aimé se taire. Ou l'éviter. Mais, il fallait parler. Un peu.

Pour ne pas l'inquiéter, pour ne pas passer pour un fantôme. Il était venu, et ce n'était pas pour conter fleurette. Regardant la château, il eut un moment de rêverie. Peut-être que ce château renfermait la clé pour lui permettre de s'affirmer comme héritier ? Le château lui semblait merveilleux, immédiatement. Comme séduit, il aimerai s'arrêter de respirer pour effleurer cette chance. Cette chance d'être si proche, si vite. Les sources de son père n'avaient pas menti à Adonis. Oh que non. Sinon, ils auraient jouer leur réputation. Adonis n'était pas peut-être pas d'une grande famille, mais celle çi avait l'importance nécessaire pour faire chier ceux qui fallait.

Il inspirait profondément. Marquant un petit temps d'arrêt pendant les questions. Oh, il devait avoir l'air stupide à révasser ainsi. Dans le vide. Sans rien ni personne à qui sourire. Pourtant, il souriait un peu. Perdu dans des pensées qui n'existaient pas. Des pensées qui se disolvaient dans l'orée de son esprit. Regardant son interloctrice, il eut une réponse douce. Pensive presque.

-Ce château était bien beau autrefois. Enfin, de ce que j'ai pu voir des répresentations de ce lieu. Ce château abritait plus qu'un roi et une reine de polichinelle. Oui. Une grande Dame sans doute.

Il avait remarqué du coin de l'oeil, les affaires de l'inconnue. De quoi camper, de quoi vivre au grand air pendant quelques temps. Eh bien. Cette jeune femme semblait pressée. Une touriste sans doute. Voir une chasseuse comme lui. Que cela tienne, Adonis n'a pas peur. A vrai dire, Adonis n'a jamais eu peur jusqu'à le décès de sa mère. Vivre dans une certitude tranquille. C'était ça son secret contre les cheveux blancs

-Je suis un touriste, on peut dire ça. Ma famille a des racines dans le coin, j'viens ici pour me ressourcer. J'aime bien l'Ireland, c'est sympa, les gens sont accueillants. Ils ne posent pas de question, juste de la politesse et de la douceur. C'est un noble projet qu'est le votre, ce lieu est si grand qu'il faudrait un mois pour le comprendre entièrement.

Il rit. Lègerement. Peut-être comme un idiot.

-Vous allez devoir vivre avec moi. Je compte écrire un livre sur ce lieu, je vais prendre des photos et tout le bazar.

Il désigna son appareil photo qui pendait sur son torse. Et serrant son sac, il tenit la main vers elle. Si il allait la fréquenter souvent, autant se saluer non ? Il faut être poli. Même en compétition, surtout en compétition.

-J'm'appelle Hadès. Hadès Montglomery. Ravi de vous rencontrer Miss.. ?

Dès que sa phrase fut fini, quelque chose s'entendit. Pas comme un bruit animal, ni même un quelquonque bruit naturel. Non, c'était un bruit lourd, un bruit sourd. Puis plus rien. Juste le vent qui caressait les brins d'herbes. Il n'eut qu'un saut, qu'un mouvement. Un sourire contrit à cette femme si belle. Puis il était parti. Il crapahutait dans les pierres. Le premier mur passé, il s'orienta bien difficilement dans cette pénombre. Allumant sa lampe, il se dirigea un peu. Tout était en ruines, tout était tombé. L'endroit était même par endroit tagué. Barbare.

Soudainement. Il vit ses premiers pas dans un espèce de grand hall. Le tapis était là, en miettes mais bien ici. Il était rouge ou même pourpre ? En tout cas, il était encore là. Sali et jauni par le temps, la vice et la génération. Devant lui, une pierre. Tombée depuis en haut. Sans doute à cause du vent, qu'elle était tombée cette satanée pierre. Au moins, il était rentré. Déjà ça de fait.

Il eut un long soupir avant de se pencher vers la pierre curieux :

-De quand dates-tu ma belle ?


Message posté par : Lilith, O. Ondeflot
Ouvrir le détail
Lilith, O. Ondeflot
Appuyer pour fermer
avatar
Lilith
Féminin
Aime : Le plaisir charnel, la liberté
Déteste : L'église (la bâtiment), ses origines
Talent : Chauffer ou refroidir (les personnes)
Ennemi Naturel : Les chastes
Couleur préférée : Violet
Expérience : 794

Secret Garden
Rang: Count/Eldest
Niveau:
10/30  (10/30)
Couronne(s): 55 ¤
le Jeu 21 Déc - 15:12
[Irlande -Flash Back] Allons-y, alonzo

ft.

Je l'écoutais, alors que je commençais à regarder plus en détail les environs pour voir où je pourrais poser mon camp de base. Un “touriste” lui aussi. Coïncidence ? Je ne pense pas. Après, son excuse d'écriture d'un livre peut-être légitime, et probablement que j'extrapole quant à ma situation, et qu'il n'est réellement là que pour cela… Mais ça me paraît étrange, qu'on soit tous les deux dans le même coin pour des raisons plus ou moins similaires, dans la même fourchette de temps… Je devrais le garder à l’œil… Car… Dans la probabilité qui soit un Mage à la recherche d'un artefact, de CET artefact… Je n'avais pas l'intention de le lui laisser.

Je me retournais vers lui après l'avoir écouté et avoir scruté les environs, et établit dans mon esprit deux trois endroits où camper, celui me tendis sa main pour me saluer, tout en se présentant. Hadès Montglomery. J'eus un petit sourire en entendant le nom. Forcément un pseudonyme, comme le mien… Non, désormais, c'est mon nom… Océane est morte désormais… Brûlée vive dans l'incendie de la demeure des Ondeflots.

Cependant, au moment où j'allais répondre à ce fameux Hadès, un son se fait entendre, sourd, qui résonne dans toute la zone dans laquelle on est. Un bruit unique, qui avait dérangé que pendant quelques instants seulement le silence naturel de la région. Dès que ce bruit arriva à nos oreilles, il ne fallut que quelques instants pour le jeune homme pour m'abandonner ici, et partir grimper les hauteurs pour entrer dans le château, sûrement pour trouver l'origine du bruit. J'eus un petit rictus alors que je le suivais. Écrire un livre et prendre des photo… Mon œil. Il ne se saurait pas précipité si ce n'était pas pour une autre raison. Moi-même je ne l'aurais pas ignoré le bruit certes, mais de là à décamper à cette vitesse et planté un compagnon, non. Enfin, je le suivais donc, le perdant même un moment dans les endroits non illuminés du château, me forçant à sortir une lampe pour moi-même. Cependant, je prenais mon temps, observais chaque passage, chaque lieu devant lesquels je passais… Qui sait, je pourrais potentiellement trouver ce que je recherche ici, devant ce qu'il semble avoir passé sans grande attention. Cependant, mise à part les signes de ruines et de dégradation du lieu, il n'y avait rien d'intéressant. C'est donc bredouille que j'arrivais finalement dans ce qui semblait le hall d'entrée de la demeure de l'ancienne Reine du lieu… À moins que ce soit la salle du trône ? Je devrais étudier cela dans les jours qui viennent. En effet, il est peut-être probable que ce que je recherche se trouve dans un lieu du genre.

J'apercevais Hadès penché vers le sol, proche d'une pierre. Je le laissais faire et je le passais, continuant d'observer la pièce où l'on était… Des ruines, que des ruines… Un léger sourire apparaissait alors que je les observais… Pas si différent de mon âme dans son état actuel… Des restes d'une personne qui ne cherche qu'à se reconstruire. Et il ne restait qu'un seul lieu… Qu'un seul endroit où je pouvais désormais aller… Un endroit qui me permettrait de me reconstruire… Et de changer de monde magique… Oui… Je me le suis promis en émergeant de ses flammes. Ce monde… Je le changerais… Même si je dois y sacrifier mon être. Et, ce lieu sera le commencement de mon renouveau, et de celui du monde… Après tout, cette femme, elle qu'on dit qu'elle à surpasser son humanité, celle qui a évolué à un point qu'elle a perdu sa mortalité… Avec elle… Avec son esprit… Je pourrais peut-être…

Je secoue ma tête quand mes pensées comment à prendre le dessus, et je reprend mon inspection du lieu… A vrai dire, je ne sais même pas ce que l'on cherche… Par exemple, prenons un héros connu comme Jules César… On peut supposer que son Catalyseur est quelques choses pour laquelle il est le plus connu, la conquête de la Gaule… Mais elle… On dit qu'elle vit au-delà du monde… Comment on est censé trouver une chose qui n'est pas dans notre monde ? La seule chose qu'on sait d'elle… Est qu'elle a vécut dans ce château, à une époque de sa vie, peut importe celle-ci. C'est pour cela que ça va être long… Jusqu'à trouver ce qui fait office de Catalyseur pour cette dernière. Tout… Même un morceau de pierre, pouvait l'être… Je finissais pas me retourner vers l'homme qui m'accompagnais, à moins que ce soit moi qui l'accompagnais, braquant ma lampe vers ce dernier. Je ne devais pas le perdre de vue.

- Hé bien, je comptais m'installer avant de visiter, mais maintenant qu'on est ici, pourquoi ne pas le faire ensemble ? Tu as l'air de connaître pas mal le lieu en plus, tu pourrais me faire un cours d'Histoire au passage, si ça te dérange pas bien entendu.

Je faisais une petite pause, puis, je me souvenais de sa dernière phrase, qu'il n'avait pas fini.

-Et… Lilith. C'est qui je suis.


Message posté par : Adonis H. Knox
Ouvrir le détail
Adonis H. Knox
Appuyer pour fermer
avatar
Adonis
Aime : Dormir dans une baignoire, taquiner sa soeur, regarder les Ch'ti pour savoir comment faire
Déteste : Qu'on lui vende des trucs, la nourriture salée, les trains, les piscines
Talent : Ralentir le temps et s'humilier en public (Surtout le deuxième)
Ennemi Naturel : L'Ennui et les traversins.
Couleur préférée : L'Orange clair
Expérience : 600

Secret Garden
Rang: Count/Eldest
Niveau:
9/30  (9/30)
Couronne(s): 40 ¤
le Ven 22 Déc - 9:28
Il est plus que probable en regardant cette pierrre que celle-çi est vieille. On ne sait pas à quel point mais à un point sans doute formidable. Sortant un livre de son sac, il commençait à le feuilleter. Pourquoi un livre ? Parce qu'il n'a pas une mémoire extraordinaire. Même si il ne pouvait pas ramèner d'artefactsmagiques convenable, c'était un devoir que s'imposait Adonis. Celui de cartographier les lieux pour permettre à une future personne de visiter les lieux plus en profondeur. Découvrir plus qu'un artefact magique de Scactach, découvrir celui de son protégé. Attrapant delicatement la pierre,il la fit pivoter autour de son axe de base, appréciant la mousse qui s'était déposé dessus. La mousse a dû alourdir la pierre et la faire tomber avec un mauvais coup de vent. Soupirant d'aise, il entendit une autre personne qui crapahutait derrière lui. Il avait presque oublié, la crainte de voir un morceau du château déjà en ruines, s'abîmer encore plus, lui a fait étrange.

Il devait être un parfait idiot. Il y a pas mieux pour paraître suspect ou trop passionné. Il aimait bien les vieilleries Adonis. Sans doute, la seule chose qu'il a hérité de son père. Il se sentait à son aise, penché ainsi sur des pierres et des reliques. Plus de passé à lui, il n'y a qu'un passé pour tout le monde. Plus de Maman, plus de Lisebeth toute cassée. Juste lui et ce château. Et une inconnue. En parlant d'elle, elle lui semblait étrange. Ses yeux étaient étranges, pas comme ceux qu'il avait l'habitude de croiser. Comme un morceau de verre sous la langue, il ne pourrait pas dire ce qu'il n'allait pas chez elle. Le verre rentrait déjà dans la langue.Le goût du sang sur ses papilles. Du verre, tranchant affuté. Un verre qui ne fond pas.

Ses pensées étaient curieuses. Parfois flatteuses, parfois violentes. Là, tout lui semblait aigre-doux. Ces petits mots pour lui même. Se frottant la tête, il se dit que tout ça était trop étrange. Les livres ne lui donnaient pas une façon de penser. Et quand ceux-çi n'était plus sous les yeux de l'Adonis, ses pensées s'échappaient.

Soudain, une lumière lui éclaira le dos. Comme un animal traqué, il plissa les yeux. C'était assez accusateur, comme présence. Cette lumière sur lui, jettant son ombre mal grandie sur la demeure éternelle d'une guerrière dont l'aura avait attiré les chasseurs de trésors. C'était bien curieux de se considèrer ainsi. Adonis devait garder cette femme sous l'oeil, c'était une chasse gardée. Mais il y a deux chasseurs.

Se retournant lentement, il se remit debout. Son corps, comme une plante fanée qui tentait de s'épanouir, se remit lentement en ordre. Pour former un tout cohérent, araignée de soin sur cœur de fer. Il réflechit lentement à la proposition de cette jeune femme, allant former une phrase cohérente pour dire non. Il fallait pas trop qu'il se mouille, si il donnait trop d'informations, Père allait lui en vouloir.

Le verre sur son cœur.

Lilith. C'était douloureux le goût du sang. Lilith, sa mère. Lilith, celle qui est mort inutilement. Celle qui creuse en son fils, une tombe volupteuse. L'Inconnue s'appellait comme sa mère, sa défunte mère. Il ne savait pas quoi penser. L'autorité du père ou la tendresse de la mère. Le goût du sang était toujours plus dense sous ses papilles. Alors, il se tut un instant. Le temps que tout se formait sur ses lèvres, son refus avorté, son acceptation nostagique. Etl'éclat sadique de sa mère dans ses yeux. Détournant le regard, il ne put que dire ses quelques mots. Ses mots qui lui semblaient contenir trop.

-C'est joli Lilith. C'est bien trop rare.

Son regard, trop bleu, trop franc, se posait sur celui sanglant de son interlocutrice.
-Cela serai un honneur de vous raconter ce que je sais. Puis, je pense qu'il sera mieux si nous continuons notre quête ensemble. Si jamais une pierre nous tombe dessus, cela serai idiot si personne ne pourra porter assistance. Je compte m'installer ici aussi. J'ai le nécessaire de camping et de quoi me sustenter pendant une semaine. Eh bien Lilith, faisons route ensemble.

Encore une fois, il sourit. C'était trop simple de sourire pour lui, agneau dans sa danse de pluie.S'adossant au mur porteur de la bâtisse, il sortit un livre. Il avait précisement fait modifié la couverture pour permettre un plus sérieux Alibi. Peu de gens avait accès à Internet par ici, et c'est ainsi qu'Hadès Montgloméry était devenu un écrivain pour la postérité.

-Pour l'histoire du château, vous voulez la version « officielle » ou les mythes qui s'y rattache ? J'ai compilé tout ce que je pouvais dedans.


Message posté par : Lilith, O. Ondeflot
Ouvrir le détail
Lilith, O. Ondeflot
Appuyer pour fermer
avatar
Lilith
Féminin
Aime : Le plaisir charnel, la liberté
Déteste : L'église (la bâtiment), ses origines
Talent : Chauffer ou refroidir (les personnes)
Ennemi Naturel : Les chastes
Couleur préférée : Violet
Expérience : 794

Secret Garden
Rang: Count/Eldest
Niveau:
10/30  (10/30)
Couronne(s): 55 ¤
le Ven 22 Déc - 22:42
[Irlande -Flash Back] Allons-y, alonzo

ft.

Alors qu'il se remit debout, j'enlevais ma lampe de son horizon, pour ne pas l'aveugler, bien que je continuais à le regarder, pendant ce petit temps de silence où il semblait perdu dans ses pensées, avant de complimenter mon nom. A peine le compliment fini que ses yeux étaient déjà sur les miens, étant en contraste totale avec les miens… Et une couleur qui me rappelait de mauvais souvenir… Ou peut-être des bons que je n'ai plus, avant que je perde ce qui faisait de moi une… Je me pinçais les lèvres devant mes pensées, je ne le devais plus, réfléchir ainsi. Elle était morte, disparue… Calcinée. La jeune sirène est morte depuis… Non, elle est morte depuis ce jour où ses circuits se sont emballée, la marquant à jamais.

S'il y a une seule chose que je regrette, c'est de ne pas avoir obtenue des informations sur ce qu'ils cherchaient à faire sur ma personne, mais il est trop tard désormais.

Mais je l'avais tout de même écouté, malgré ce regard qui me hantait encore à ce jour… Avant de retourner là où je le dois, je vais devoir apprendre à enterrer mon passé de manière définitif. En tout cas, sa réponse était positive… Je ne sais pas si je dois m'en réjouir ou pas. Au pire des cas, ça sera toujours de la compagnie pour cette semaine, où quelque chose me dit que lui et moi allons explorer dans ses moindres recoins les lieux les plus sombres du château en ruine.

Le suivant toujours du regard, je le voyais se poser contre le mur, alors qu'il prit dans ses mains un livre, alors qu'il me demandait ce que je voulais entendre comme histoire sur ce lieu. Évidemment, une seule réponse pouvait sortir de ma bouche, moi qui recherchais activement quelque chose. Bien sûr, j'avais des bases plutôt solides, mais voyons ce que je peux apprendre comme informations supplémentaire grâce à cet homme, qui sait, peut-être qu'il y à des choses que j'ai loupées, et s'il est écrivain comme il le dit, ça ne m'étonnerait pas alors qu'il à des informations plus précises ou particulière à ce sujet, quitte à ce qui me les partage.

- Hé bien, franchement, pourquoi pas les deux… Mais nous avons le temps, pourquoi pas commencer simplement avec les bases du lieu, et en discuter plutôt le soir, lorsque nous camperons, pour avoir un sujet de conversation ? Quand penses-tu ?

Attendant sa réponse, je continuais d'observer la salle dans laquelle on était. Rien de plus que des ruines, peut-être que des mordus de l'archéologie pouvait voir des choses de valeurs, mais ce n'était pas mon cas. Je trouvais quand même sa triste que le lieu à été probablement pillé et détruit ainsi… Mais puis-je vraiment parler ? Je veux dire, je recherche bien quelque chose qui appartient à ce château, et je vais le prendre avec moi, je ne suis pas si différente que cela.

- Enfin, juste avant que tu commences à m'expliquer le basique, je vais quand même te dire ce que je sais. Demeure de Scàthach, dont il tient le nom, on l'appelle également la Forteresse des Ombres. Puis je crois qu'il à fini par appartenir à un certain clan Donald ou MacDonald… avant d'être capturé par un roi d’Écosse, mais je ne sais plus lequel. Bref, ce ne sont que des brides que je connais, rien de bien important. Hâte d'entendre les récits que tu as sur ce lieu, Hadès.

J'avais “oublié” quelques détails, mais je voulais voir jusqu'où ses connaissances ce portait. Et s'il essayait de me duper ou non. Car j'avais encore du mal à croire qu'on soit tout deux ici par coïncidence… Du coup je m'approchais un peu de lui pour écouter ses récits, s'il se décidait à me les dires.


Message posté par : Adonis H. Knox
Ouvrir le détail
Adonis H. Knox
Appuyer pour fermer
avatar
Adonis
Aime : Dormir dans une baignoire, taquiner sa soeur, regarder les Ch'ti pour savoir comment faire
Déteste : Qu'on lui vende des trucs, la nourriture salée, les trains, les piscines
Talent : Ralentir le temps et s'humilier en public (Surtout le deuxième)
Ennemi Naturel : L'Ennui et les traversins.
Couleur préférée : L'Orange clair
Expérience : 600

Secret Garden
Rang: Count/Eldest
Niveau:
9/30  (9/30)
Couronne(s): 40 ¤
le Ven 22 Déc - 23:33
Il avait des mots non dits. Flottant discrètement entre eux, comme des lierres vénemeuses. Ses yeux s'étaient troublés, comme un verre empli de vin qu'une main imprudente secoue. Il n'avait rien dit. Absolument rien. Juste, ces mots étaient sortis, virtuellement de ce cœur empli de pathétique mots qu'il jamais pu dire. Comme il hait désormais cette Irelande joyeuse, de lui donner ses mots, ses visages, ses prénoms. Mais, il se pinça les lèvres. Rien dire. Rien ressentir. Son mantra, sa seule force.

Il savait que cette Lilith et lui, c'était pas juste « bonjour, adieu ». Il avait cette certitude sensible. Curieuse. Qu'il allait passer cette semaine avec elle, à râler, à fouiller. Peut-être avoir des bleus. Juste une compagnie pour un seul trésor, une seule héroine. Et il n'allait pas perdre. Oh non. Pourtant, cette douce lâcheté lui disait qu'au moins il pourrait approfondir ses recherches sur ce château. Et il ne pouvait qu'approuver cette voix en lui. Si douce. Mais, il aurait cette relique. Du moins, il ferai tout. Et, accompagner une « inconnue » qui avait le même nom que sa mère n'était pas se tirer une balle dans le pied non ? Il voulait se persuader de ça. C'était si simple, son cœur baignait dans ce sang si doux qui coulait des yeux opaques de ce nouveau visage impregné dans sa rétine.

Quand Lilith lui donna gracieusement, ses quelques infos son esprit se remit à marcher droit. Bien sûr qu'il s'était reseigné sur ce lieu, il en avait chié pour compiler toute les infos de ce château. Des livres obscurs, des mains moites. Excitation de la réussite, goût de la vieillerie. Il avait prit un peu la confiance Adonis. Il n'allait pas se brûler les ailes. S'envoler. Réflechissant à une façon simple de tout résumer, tout ce qui grandissait en lui. Ses mots, ses phrases qu'il avait lu. Qui faisait un ensemble cohérent, un ensemble si logique.

-Vous avez déjà des bases vraiment très appréciable. Il vous manque quelques informations intéressantes quand même Lilith ! Mais bon, je dois en demander trop dès le début. Oh ! Excusez-moi de ma grossièreté. C'est simplement...une fierté mal placée bien que d'autres s'intéresse à ces pierres. Mais sinon...votre proposition me convient parfaitement ! J'aurai un peu de mal à vous tutoyer, mais j'ose espérer que ça ira plus facilement avec le temps !

Posant son sac trop encombrant, ses pas le conduisaient un peu aléatoirement. Les bases de cette pièce. Il sentait que cette pièce était importante, il ne pouvait pas exprimer pourquoi ni comment. Mais il le savait. Attrapant sa lampe torche, il fit coulisser sa ceinture pour pouvoir accrocher sa lampe à sa taille. Beaucoup plus pratique ainsi.

Appuyant ses doigts lentement sur les murs, il ne sentir que peu de résistance comme si les murs étaient tout effrités, ce qui devait être logique vu l'âge de la pièce.

-Pour les bases de cette pièce, dans la légende, il mentionnait un donjon. Sous terre, que Scactach n'offrait l'entrée qu'aux plus méritants. Il me semble qu'on pourra peut-être trouver quelque chose dans cette pièce. Elle est la plus proche du sol et la plus agréable pour partir en secret. Qui irait vérifier la salle la plus illustre ?

Faisant glisser ses doigts sur l'entre-pierre, il eut un lèger sursaut quand quelque chose de gluant lui effleura le doigt. Retirant son doigt, il fit une espèce de de mousse noire, sans doute à cause du manque de soleil ici. Il a fallu quelque chose d'humide pour que cette mousse pousse.

-Pensez vous avoir une idée de piste pour cette pièce ? Je pense que pour une première découverte sur Scatach serai plutôt intéressante. Connaissant la maîtresse des lieux, j'ose espérer que ce ne soit pas quelque chose de trop risqué.

Contrairement à elle, elle avait l'air bien plus à l'aise dans cette pièce que lui. Ah, c'était amusant. Un peu.


Message posté par : Lilith, O. Ondeflot
Ouvrir le détail
Lilith, O. Ondeflot
Appuyer pour fermer
avatar
Lilith
Féminin
Aime : Le plaisir charnel, la liberté
Déteste : L'église (la bâtiment), ses origines
Talent : Chauffer ou refroidir (les personnes)
Ennemi Naturel : Les chastes
Couleur préférée : Violet
Expérience : 794

Secret Garden
Rang: Count/Eldest
Niveau:
10/30  (10/30)
Couronne(s): 55 ¤
le Sam 23 Déc - 15:23
[Irlande -Flash Back] Allons-y, alonzo

ft.

Il me répondit bien vite, après que j'ai donné une partie des informations que je possédais sur le sujet. En tout cas, il parlait comme quelqu'un d’intéressé par quelque chose, que ce soit l'Histoire ou autre chose, vu les mots qu'il à employé, bien qu'il c'est très vite excusé. Mais ce n'était pas nécessaire, ce n'est pas ça qui va me froisser, j'ai connue pire, bien pire.

- Nul besoin de s'excuser, ce n'est pas grave, j'y tiens pas rigueur. Et n'hésite pas à me tutoyer, j'ai jamais été vraiment une spécialiste de l'étiquette, mais fait comme cela te plaît, ne te force pas à employer le 'tu' si cela te répugne.

Mon partenaire de la semaine posa ensuite son sac au sol, alors qu'il plaça sa lampe dans sa ceinture, pour se libérer les mains. Pour ma part, je gardais la lampe dans ma main, et le sac sur mon dos, il pesait un peu, mais ce n'est pas perturbant pour le moment, je n'ai pas l'attention d'aller trop loin dans les fouilles aujourd'hui, je ne fais qu'un tour rapide du propriétaire pourrons nous dire.

Cependant, Hadès lui semblait déjà vouloir explorer l'endroit dans ses moindres recoins, au vu de ses palpations des différents murs présents ici, murs qui était à vu d'oeil très anciens et fragilisés. Je l'écoutais attentivement, alors qu'il parlait du donjon soi-disant secret ? Faisait-il référence à cette salle ou à une autre ? Probablement une autre, celle-ci n'étant pas spécialement secrète, il y a de nombreuses entrées et sorties qui mène sur notre position actuelle. Et il semblait être sur la même longueur d'onde… Cependant, est-ce qu'un mur dérobé ne saura pas un peu trop clicher ? Cela doit être pour ça qu'il semble essayer de trouver un indice dans les murs dégradés du château.

- Hum, une pièce secrète ? Malheureusement, je ne pense pas que ce soit quelque chose de si évident à trouver. Peut-être ils y en a avec des mécanismes basiques, comme des murs tournants ou autres… Cependant, quelque chose me dit que si, parmi toutes ses pièces, il y en à une qu'elle veut à tout prix protéger, elle ne le ferrait pas avec une méthode habituelle… Et bien sûr, je suppose que c'est cette fameuse pièce que l'on recherche. Par conséquent… Il faut trouver quelque chose qui sorte de l'ordinaire… Ou peut-être qui est trop ordinaire, dans cette vite de château qu'elle menait. Mais avec l'état des ruines, c'est plus difficile qu'autre chose…

Bien sûr, lors de mes paroles, j'avais parlé d'un mécanisme particulier… Je n'avais pas élaboré, ni pour me mettre à découvert, ni pour exposer une vérité à un homme qui est peut-être pas Mage… Mais, de ce que je sais sur les héros de l'Irlande, certains connaissaient la magie runique… Il ne serait donc pas à omettre que c'est quelques choses du genre qui protège cette fameuse salle. Bien sûr, je ne pouvais pas expliquer mes idées avec un parfait inconnu. Soit il était pas Mage, et je ne pouvais donc rien lui dire, soit il l'était, et dans ce cas, il est très probable que sa présence ici ne soit pas différente de la mienne. Mais, s'il était Mage, peut-être avait-il compris le sous-entendu dans mes paroles… Reste à voir ce qu'il en pense.

- En tout cas, avant de fouiller en profondeur le château et ses ruines, je vais pour ma part faire un simple tour des lieux visibles, puis je vais poser mon campement quelque part. La soirée commence à tomber, et je n'aimerais pas monter tout cela dans la nuit sombre de ces lieux. Demain par contre, je commencerais à rechercher avec toi ce qui semble t'intéresser, les lieux mystérieux qui n'ont pas encore été découverts. Sur ce, si tu décides de rester ici pour le moment, je te dis à tout à l'heure, Hadès.

Sur ces mots, je sortis par une autre porte que celle que j'avais emprunté, une qui menait dans ce qui semblait la cour de l'époque. Je pouvais d'ailleurs voir l'astre solaire descendre petit à petit vers l'horizon, je devais donc me hâter à faire mon tour des ruines, ce que je fis. Des anciennes salles à l'air libre, la position d'une ancienne tour maintenant disparue, tout y passa, et je fini juste à temps, dans les dernières lueurs du soleil, pour poser mon campement juste à l'extérieur des ruines. Il parait qu'elles étaient protégées par l'état anglais, et probablement la Tour de l'Horloge, donc je n'allais pas faire un campement à l'intérieur pour signaler ma présence ici, ça serait attiré des ennuis sur moi et mon partenaire.

En tout cas, le feu allumer et la tente monter, je regardais, de la colline qui était proche des ruines, le couché du soleil, me remémorant la cartographie des lieux. Demain, j'aurais beaucoup d'endroit à fouiller de fond en comble. De temps en temps, je regardais vers les ruines voir si j’apercevais l'auteur en devenir sortir de ces dernières pour me rejoindre dans notre lieu de repos, s'il décidait de camper avec moi.


Message posté par : Contenu sponsorisé
Ouvrir le détail
Contenu sponsorisé
Appuyer pour fermer

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

- Sujets similaires

 

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum