Fate/Prisma War
YO-RO-KO-BE PROTAGONIST

Bienvenu(e) sur le charmant forum de Gudako Fate/Prisma War.

Si tu n'es pas inscrit, je t'invite à venir lécher les pieds de Gudako parmi nous. On est gentil, c'est promis !

Est-ce que ton servant d'amour est disponible ? Gudako sait. Répète Gudako trois fois devant ton écran et ta réponse sera .
Est-ce que ton avatar préféré n'a pas été volé par un vilain d'Ouroboros ? Cette fois-ci, c'est à Arya qu'il faut demander. Mais il est fort possible qu'elle finisse par t'envoyer ce livre-ci à la figure.

Tu es déjà membre ? Mais qu'est-ce que tu fais encore là, alors ? On t'attend !

>> [Japon - Mission Eldest] La justice n'est que mensonges

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Message posté par : Arya L. Dehaene
Ouvrir le détail
Arya L. Dehaene
Appuyer pour fermer
avatar
Arya
Féminin
Aime : Manger, les noisettes, lire, dormir, manger
Déteste : Le reste
Talent : A un avenir certain dans la vente
Ennemi Naturel : Libra
Couleur préférée : Pourpre, Or, Noir
Expérience : 765

Secret Garden
Rang: Cause/Open
Niveau:
10/30  (10/30)
Couronne(s): 25 ¤
le Dim 15 Oct - 13:33

Justice = Liars

Il est plus que certain que, lorsque tu es au réfectoire, c'est un moment sacré de communion entre toi et ta nourriture. C'est un secret pour personne. C'est pourquoi tu ne t'attendais pas à être dérangée. Un membre de ta division, venu te voir, pour t'informer qu'il avait trouvé un client fortement intéressé par les Black Cards. Tu ne cherches même pas à savoir le pourquoi du comment il a eu cette information là. C'est quelqu'un de confiance qui ne t'a jamais trahie ou trompée. Et qui ne le fera pas, ce n'est pas dans son genre. Et si jamais, tu le garderas prisonnier pour faire des tests. Tout est bénéfique pour toi.

Tu prends donc les dispositions nécessaires. Tu prépares des Geis, des Black Cards différentes selon leurs effets, tu te renseignes sur l'endroit où se trouve ce client, ses ressources monétaires, son apparence, son âge, ses centres d'intérêt. Tout ce qui pourrait te servir pour avoir le dessus. Une vente aussi particulière entraîne forcément des risques, et tu te dois d'être aussi préparée que possible. Dans ton livre démoniaque, tu notes tout ça. Tu pourrais aussi le faire dans l'un des deux autres livres basiques que tu transportes, mais il y a une possibilité que quelqu'un tombe dessus. Et ça te porterait préjudice. Au moins, ton ouvrage à toi, personne ne l'ouvrira.

Le temps de réunir tout ce dont tu as besoin, tu indiques à ton contact la démarche à suivre. Ce potentiel futur client devra se rendre dans deux jours à compter de celui-ci dans la chambre d'un motel que tu auras réservé. Tu le rejoindras le lendemain, en début de matinée, avec la marchandise. Tu continues de manger tranquillement en le regardant partir, puis en relisant ce que tu avais pris comme notes. Cela faisait longtemps qu'on ne t'avait pas orientée vers un client, toi qui, d'habitude, te dirige de toi-même vers eux. Pour une fois, on venait te chercher. Cela ne pouvait que se révéler intéressant.

C'est ce que tu pensais.
Lorsque tu t'es retrouvée en face du phénomène, tu as très, très, vite déchanté.

Tu as l'impression qu'une veine de ton front va exploser. Tu as toujours cru que ton imagination était relativement développée pour penser à certaines façons de torturer les gens, mais cette fois-ci, ça dépasse l'entendement. Te voilà, dans une chambre qui ne vaut pas le prix que tu mets dedans, avec un jeune homme de ton âge, un peu plus grand que toi, des yeux bleus et des cheveux noirs... Tu t'es dit, au premier coup d'œil, que le contrat allait être facile à conclure.

Que dalle.

Et pourtant, tu ne peux pas t'énerver. Tu ne peux pas, parce que ta réputation est en jeu, et que s'il ne signe pas, il aura des informations sur toi et Ouroboros en général, donc tu devras faire en sorte qu'on le tue, et ça sera d'autant plus prise de tête. Mais qu'est-ce qu'il te chantait ? Du feu bleu qui brûle et qui soigne grâce au pouvoir lunaire ? Qu'est-ce qu'il n'a pas compris dans « Black Cards », c'est assez clair et explicite pourtant comme nom ! Tu gardes toujours ton éternel sourire, mais tu te sens de plus en plus tendue. Tu aurais du demander à Colère de venir avec toi. Tu aurais du prédire l'avenir pour anticiper ça. Tu aurais du prendre de quoi l'assommer et le faire signer de force. Tu te pensais préparée, tu ne l'étais pas. C'est aussi simple que ça.

Craquant tes doigts nerveusement, tu t'assieds sur le lit. Il est hors de question que tu te laisses mener par le bout du nez par ce simple énergumène qui n'en fait qu'à sa tête. En plus, son anglais est mauvais. C'est assez difficile de le comprendre. Tu lui as pourtant demandé s'il parlait français ou arabe, et vu qu'il a continué en anglais, tu supposes que non.

« Et là t'imagines c'que j'pourrais faire 'vec un katana q'fait ça ! Oh j'te jure meuf, ça s'ra aussi bien que d'retirer mon katana d'ton fourreau dans c'motel hahahaha ! »

C'en est trop. Qu'il se permette des blagues, soit. Mais tu es très peu patiente en ce qui les concerne, surtout si elles sont de ce genre, alors qu'il ignore tout ce qui peut causer une augmentation de mana. Tu dois en finir le plus vite possible, parce que tu sens que tu vas craquer dans peu de temps. Ce garçon est beaucoup trop lourd pour l'humanité toute entière, et tu avais rarement autant souhaité la mort de quelqu'un en particulier.

« Nous ne pouvons vous vendre ceci car ce n'est pas dans notre stock d'armes. Cependant, nous avons mieux à vous proposer. Il s'agit d'une épée de flammes noires, de laquelle vous pouvez projeter des ondes de choc gardant ces mêmes flammes noires comme apparence. Nous ne pouvons vous proposer des cartes de soin, car nos cartes sont toutes offensives. »

Dans une façon toujours aussi perturbante de s'exprimer, il te demande alors comment protéger la veuve et l'orphelin, ainsi que se soigner lui-même, s'il n'a pas de quoi se régénérer.

C'est donc ça qui l'inquiète. C'est donc ça. S'il veut jouer aux héros, tu vas le servir. Tu prends le temps de mesurer tes paroles et tes mensonges. Garde le sourire, tu ne t'en porteras que mieux.

« Vous ne voyez donc pas le potentiel de cette épée ? Pourquoi auriez-vous besoin de soigner des blessés ou de vous soigner ? Vous aurez fait en sorte que la menace se taise bien avant de subir le moindre dégât avec ça. C'est pour ça que nous vendons des cartes. Afin que de futurs justiciers tels que vous apparaissent sur Terre. Nous n'avons pas les capacités pour nous en servir, nous ne pouvons que les vendre. Mais vous, ce n'est pas votre cas. Le pouvoir est en vous, et nous voulons vous aider à l'éveiller. Tout ce que vous avez à faire, c'est de nous faire un virement et de signer ce contrat. »

Tu le vois hésiter, lire le contrat, ne pas y comprendre grand chose, le relire... Tu profites du temps qu'il prend pour te ressaisir et grignoter un peu tes noisettes. Un peu plus, et tu aurais vraiment pu te mettre en danger. Et te mettre en danger, c'est mettre Ouroboros en danger. Ta réputation a un impact important sur les fonds que vous pouvez recevoir. Même si on ne peut pas parler de toi, ça ne veut pas dire qu'on ne se souvient pas de toi. C'est la raison pour laquelle tu as mis si longtemps à peaufiner ce morceau de parchemin.

Pour le faire bouger, parce qu'il prend un peu trop son temps pour toi, tu vas à sa hauteur et tu poses une main sur son épaule. De l'autre main, tu lui tends ton numéro de compte bancaire sécurisé. Celui qui sert pour les transactions.

« Si vous tardez, il y a des personnes que vous ne saurez pas sauver. Saviez-vous que deux personnes meurent dans le monde par seconde ?
C'bon j'ai compris faut j'pose mon doigt là hein ?
En effet. Après que le virement soit effectué, c'est tout ce que vous aurez à faire. Et nous pourrons vous donner ce que vous méritez tant. »

Tu le laisses terminer la vente. Tu prends note que l'argument du justicier peut fonctionner sur les jeunes en quête d'héroïsme et de reconnaissance. Une fois que tu récupères le contrat nominatif, tu vérifies que tout est en ordre avant de lui donner une Black Card d'une épée. Qui a un aspect de flammes noires parce que c'est une Black Card. Tu n'as pas menti. Tu n'as jamais dit que ça brûlait.

« Nous partons dorénavant. Restez ici encore quelques heures avant de vous en aller à votre tour. Bon courage pour votre périple. »

Il risque d'avoir besoin de ces encouragements. Même s'ils sonnent faux à tes oreilles. Comme si tu te préoccupais d'un mec aléatoire qui ne peut rien accomplir sans que tu lui vendes quelque chose. En sortant, tu soupires. L'être humain te déçoit à chaque fois que tu le croises.
Codage par Libella sur Graphiorum







Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

- Sujets similaires

 

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum